Changer nos comportements

Nous ne devons pas croire une chose simplement par ce qu'elle nous est dite,

Ni souscrire aux traditions uniquement par ce qu'elles descendent de  l'antiquité,

Ni les écrits des sages par ce qu'ils furent écrits par des sages,

Nous ne devons accepter que ce qui reçoit l'approbation de notre conscience ;

C 'est pourquoi je vous ai appris à croire seulement lorsque vous aurez senti ce qu'on vous 

propose dans votre propre conscience intérieure.

 

Après quoi, servez-vous en largement.

 

Bouddha

I. Notre Vision du Monde

Notre vision du monde détermine nos comportements.

Ainsi, exercer une bonne flexibilité mentale, s'affranchir d'un ego trop fort qui nous fige, être prêts à régulièrement changer nos croyances, et sortir de notre zone de confort, sont des éléments importants pour faire évoluer notre vision du monde, et donc nos comportements.

 

Considérer le "ET"  à la place du "OU"

Une méthode d'ouverture et de compréhension plus large des évènements est de considérer dans notre vie le "ET" (logique d'inclusion) à la place du OU" (logique de séparation). 

Le "OU" est le fer de lance de la logique du conflit, il porte l'esprit de compétition systématique, la notion de séparativité..."J'ai raison et tu as tort", ou "tu as tort et j'ai raison?"...

 

Pouvons-nous imaginer un moyen de concilier les contraires, de penser avec une logique d'inclusion?

Prendre pour nouvelle habitude de penser avec le "tiers inclus", avec le "ET": "C'est cela et cela", est une nouvelle vision des choses permettant plus d'unité, la création de liens entre différentes notions, et de découvrir de nouvelles perspectives, notamment dans nos relations avec nous-mêmes et les autres.

Nous développons ainsi notre paix intérieure et devenons plus tolérants.

  

Petit exercice de réflexion: quand vous êtes assis en face de moi sans bouger, puis-je m'éloigner de vous et en même temps m'approcher de vous? 

Théoriquement, cela n'est pas possible, et pourtant cela l'est...

Laissons-nous toujours une possibilité de concilier des choses qui ne sont apparemment pas conciliables.

 

La solidarité au lieu de l'individualité

Contrairement aux idées reçues, dans la nature, les plus forts sont ceux qui savent se mettre en réseau, ceux qui sont solidaires. L'altruisme permet une évolution que l'individualisme ne permet pas.

"La mise en place de nouveaux mécanismes de solidarité sera absolument nécessaire pour assurer demain un emploi à tous, mais aussi pour sauver la planète des menaces grandissantes que notre mode de vie fait peser sur elle."

Jean-Marie Pelt, La solidarité chez les plantes, les animaux, les humains

II. Les 5 outils de recherche intérieure

 

1- La clarté mentale :

Mettre de l’ordre dans ses pensées, se calmer, pour que le mental puisse jouer son rôle, discerner sans être parasité par les émotions négatives

 

2- Savoir s’adapter, assumer les contradictions

L’art de la maîtrise est basé sur l’adaptation suivant le cours des choses.

Si les choses ne se passent pas comme on le veut, ne pas se crisper et éviter ainsi déception, colère, mal-être.

Avoir des intentions et finalités claires sans faire trop de projections sur la façon d’arriver au but.

Trouver des formes d’action adéquates, chercher des ressources nouvelles, être créatif.

 

3- Se hisser au-dessus de ses limites

Comment combattre ce qui nous limite ? Par la détente ! Attacher moins d’importance à ce que nous désirons.

Avoir un système d’alerte : quand la colère, la susceptibilité, la rancœur… montent, savoir tirer une alarme et convoquer la détente, le recul, le silence, la patience. Faire monter d’autres émotions positives : la dignité, le respect de soi, la confiance, l’amour…

Provoquer un sursaut de conscience, changer de niveau.

 

4- Oser sortir de nous-mêmes

Le combat est « pour être » pas pour exister. Etre, c’est actualiser son potentiel.

Sortir de nos schémas habituels.

Ne pas choisir les terrains connus, accepter d’aller sur des terrains inconnus.

 

5- Retrouver la mémoire (de l’âme)

Clarifier ses finalités et retrouver la mémoire.

Se connaître c’est se reconnaître, se rappeler d’ou l’on vient et qui on est vraiment.

Retrouver la mémoire de notre humanité, de l’humanité en nous. Les plus belles batailles des héros antiques sont enfouies en nous et résonnent dans nos âmes. Les entendre c’est ouvrir des canaux intérieurs.

Notre âme ne demande qu’à s’éveiller. La lecture des mythes et des légendes, l’écoute musicale, touchent notre âme et éveillent des énergies insoupçonnées.

Si nous n’avions pas en nous ce que la musique éveille, ce sentiment n’existerait pas !

Le bien-être matériel ne doit pas servir à masquer ou compenser l’appauvrissement intérieur.

 

Les 9 règles intérieures

  1. la mobilisation de nous-mêmes est naturelle

  2. quitter la posture de victime (s’imaginer autre que « petit »)

  3. l’erreur est un Grand Maître

  4. transmuter la colère en action, non en ressentiment

  5. contrôler et changer les habitudes par l’attention volontaire

  6. oser l’inconnu

  7. apprendre à chuter

  8. passer à l’action

  9. la patience

 

Quelques fausses vérités :

  • la colère est signe de virilité et d’affirmation de soi

  • la critique est une offense

  • toute offense est blessante

  • la violence est signe de force intérieure

  • l’échec est négatif

  • la bonté est faiblesse

(Interprétation schématique de textes extraits du livre « Le guerrier de la paix ».

PDF DISPONIBLES:

5 outils de recherche intérieure

Interprétation schématique des 9 règles intérieures

Un grand merci  à Jean-François.

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon